Le mouvement de la métaphysique de Whitehead

Philosophe de langue anglaise et co-auteur de l’article, avec Russell, de la Principia Mathematica, Whitehead est surtout connu pour sa «philosophie de l’organisme». Il rejette le matérialisme au profit d’une philosophie centrée sur «les idées d’existence, d’organisme, de fonctionnement, d’actualité instantanée, de discussion, d’ordre de la nature». Whitehead essaie de restaurer l’espace produit par le matérialisme qui dissocie les pensées de but, de valeur et de signification de la description médicale. Pour apprendre la «philosophie de l’organisme» de Whitehead, il faut commencer par sa critique du matérialisme, «une structure de pensée clinique encadrée par des mathématiciens, pour des mathématiciens». Ce plan, en fait destiné à aider un ensemble de fonctions sociétales et épistémologiques qui contiennent maintenant été assainies, non seulement continue à être intact, mais, selon Whitehead, est devenu ingérable. Le problème principal de la structure est la façon dont elle n’a toujours pas laissé de place aux notions de valeur, de signification et de but dans la description clinique. Ce genre de pensées est critiqué par les matérialistes comme étant subjectif, immatériel et non informatif. Ils proclament soutenir une recherche non encombrée de jugements d’importance, une technologie qui est certainement sans valeur et sans but, et donc, globalement exacte. Whitehead trouve ce type de vue hypocritique et irrégulier. Car en rejetant les croyances de cette manière, le matérialiste maintient un processus de bénéfice choisi. De plus, l’histoire de la science ne peut pas être séparée de l’environnement culturel, sociétal et gouvernemental qu’elle recherche. Le contexte révèle que les généralisations de la recherche médicale aux découvertes politiques et sociables sont courantes. Les principes de la culture et aussi le résultat de la recherche scientifique ne sont généralement pas aussi clairement définis parce que le matérialiste pense. Au cœur de la tâche peut être une réinterprétation de ce que nous reconnaissons par «nature». Le matérialisme a généralement conçu la nature comme ce qui est associé à l’expertise sensorielle, comme ce qui est responsable de la perception-impression. La scène engendre la scission entre les caractéristiques principales et supplémentaires fabriquées pour la première fois explicitement par Locke, là où les qualités secondaires sont considérées comme de simples résultats éphémères provoqués dans l’esprit à partir des caractéristiques primaires des objets. Whitehead pense que cette sorte de rupture est injustifiée et défavorable, car si elle est correcte, il affirme: «Les poètes se trompent entièrement». Au lieu de louer la rose pour son arôme, ou même le rossignol pour sa chanson, «ils devraient faire de la publicité – habiller leurs paroles à eux-mêmes, et les convertir en odes de félicitations personnelles pour l’excellence de l’esprit de l’homme». Pour Whitehead, le caractère n’est tout simplement pas le substrat causal sous-jacent de l’expérience pratique perceptive, mais rien de plus que ce qui est vu par l’impression. La science doit s’attaquer seule aux relations entre les événements perceptifs et se débarrasser de la vantardise dépassée de regarder dans une «matière» abstraite sous-jacente. Whitehead semblait être un philosophe juste avant son temps. Sa «philosophie de l’organisme», sans être largement reconnue, constitue l’une des tentatives primaires et la majorité des tentatives systématiques de la vision du XXe siècle pour sortir des problèmes classiques de l’approche contemporaine. Il est recommandé comme source de suggestions stimulantes et utiles au nombre croissant de philosophes qui, comme Whitehead, considèrent le matérialisme comme fondamentalement erroné.