Iles Galapagos : la mort d’un sanctuaire naturel

L’Équateur a accepté d’autoriser les aéronefs des forces armées américaines à utiliser un terminal aéroportuaire pour se rendre dans les îles Galapagos, selon des archives. L’avion américain peut utiliser le terminal de l’aéroport de San Cristobal, a déclaré le ministre de la Défense de l’Équateur, Oswaldo Jarrin. Ils vont « vaincre le trafic de substances » dans le cadre d’une intervention des autorités équatoriennes, a déclaré M. Jarrin. L’accord revendiqué a suscité des inquiétudes quant à l’influence possible sur l’environnement et la souveraineté de l’Équateur. Les petites îles des Galapagos, situées à l’ouest du continent équatorien sur une distance de 566 km (906 km), sont un site Internet du patrimoine communautaire de l’Unesco reconnu dans le monde entier pour sa diversité unique de végétation et d’animaux sauvages. Les voyageurs du monde entier y voyagent pour découvrir sa biodiversité, ce qui a motivé la théorie de la progression de Charles Darwin. Les législateurs du Parlement équatorien ont nommé M. Jarrin et le ministre de l’Environnement, Marcelo Mata, dans le but de préciser la portée des coopérations avec les États-Unis des petites îles. Le membre de l’opposition, Carlos Viteri, a expliqué que l’accord avec les Etats-Unis était « indésirable » et devrait être interdit si « il entend céder un pouce du territoire équatorien ». Moins que la Poste 5 de la constitution de l’Équateur, le pays est « un territoire de paix » et « le lieu où se trouvent des bases militaires à l’étranger ou des installations internationales pour des raisons de service militaire ne devrait certainement pas être autorisé ». L’ancien dirigeant de l’Équateur, Rafael Correa, a également réagi avec colère en tweetant (en espagnol) sur le fait que l’île n’était « pas un fournisseur de services aériens » pour vos citoyens américains. M. Jarrin a assuré aux critiques qu’il « n’y aura pas de permanence d’un individu » sur l’île tropicale. Il a ajouté que tout ajustement de l’aérodrome pourrait bénéficier d’une aide financière via les Etats-Unis, a précisé Telesur. « Galapagos est conçu pour notre fournisseur de services d’avions en Equateur. Il est notre fournisseur naturel, car il nous assure une permanence, un réapprovisionnement, des installations d’interception en fait, il se trouve à 1 000 kilomètres de vos côtes », a-t-il expliqué.