Pourquoi il faut supprimer avec les fake news

«Les fausses volées, ainsi que le Fact, arrivent juste après, boitant», a écrit Jonathan Quick. C’était une hyperbole il y a quelques siècles. Toutefois, il s’agit d’une information factuelle sur les sites Web sociaux, selon une étude approfondie et engagée publiée jeudi dans Research. La nouvelle analyse en masse analyse chaque scénario médiatique contesté en anglais sur la longueur de la présence de Twitter – quelque 126 000 comptes, tweeté par 3 zillions de consommateurs, plus de 10 ans plus tard – et conclut que le fait est fondamentalement incapable d’assumer des canulars et rumeur. L’enquête a révélé que les mensonges et les commérages faux intéressent un plus grand nombre de personnes, pénètrent beaucoup plus dans les médias sociaux et sont distribués beaucoup plus rapidement que des histoires exactes. «Il semble assez évident [d’après nos recherches] que les fausses informations surpassent les informations et les faits précis», a mentionné Soroush Vosoughi, un scientifique du MIT qui a peut-être analysé les faux rapports depuis 2013 et qui a dirigé cette étude. «Et ce n’est pas uniquement à cause des robots. Cela pourrait avoir quelque chose de lié avec le plein air humain. »L’analyse a maintenant suscité l’alerte des chercheurs de la société. « Nous devrions réorganiser notre écosystème de détails ces jours-ci », a publié une équipe de 16 scientifiques et juristes du domaine politique dans un essai également publié jeudi dans Science. Ils ont besoin d’un nouvel effort d’analyse interdisciplinaire «pour réduire la propagation des supports artificiels ainsi que pour traiter les pathologies sous-jacentes qu’ils offrent découvertes». «Comment pourrions-nous produire un écosystème d’information… qui soit idéal et soutient la vérité? . La toute nouvelle étude suggère que ce ne sera pas facile. Bien que Vosoughi et ses fantastiques collègues se concentrent uniquement sur Tweets, l’étude a été réalisée en utilisant les informations uniques présentées par l’entreprise au MIT. Leur travail a des effets sur Fb, YouTube et chacun des principaux médias sociaux. Tout système qui amplifie régulièrement des informations fascinantes ou provocantes comporte le risque de les amplifier.