Pour plus de liberté

Je suis loin de vouloir minimiser les louanges accordées au premier consul; quand on lui doit bien que le code du programme soit civil, sa marque serait immortellement méritée immortalisée à la postérité. Mais quels que soient les services rendus par une personne à son pays, il doit néanmoins assumer les honneurs dans la mesure où il identifie son travail dans tout le pays. Si la personne a retrouvé la liberté publique, si elle est devenue un bienfaiteur de son pays, sera-t-il une récompense efficace de lui offrir le sacrifice de cette liberté? Non! Ne serait-ce pas vraiment une annulation de sa tentative de faire de cette nation son patrimoine exclusif? À partir du moment où il a été absolument recommandé aux hommes et aux femmes français de voter pour aider à faire du consulat un bureau d’affaires pour toujours, chaque évaluation rapide a rapidement donné lieu à une réserve émotive, et a trouvé l’objectif ultime et s’arrête à la proposition. À la place, on a vu la succession rapide de plusieurs institutions manifestement monarchiques; mais, à chaque changement de poste, l’anxiété se manifestait pour rassurer l’humeur inquiète et curieuse sur la cote de crédit de la liberté, que ces nouvelles entreprises et ces nouveaux arrangements avaient été créés dans le seul but de maîtriser la meilleure sécurité qui puisse être recherchée pour la liberté. À l’heure actuelle est découvert et créé de la manière la plus bénéfique le concept de beaucoup de ces actions préliminaires. Notre société est tenue d’annoncer elle-même sa propre proposition de rétablir la méthode monarchique et de conférer un respect de soi impérial et héréditaire au premier consul. Pendant ce temps j’ai voté contre un consulat d’existence; Je voterai maintenant contre tout rétablissement de la monarchie, car j’estime qu’il est de mon devoir d’accomplir. Néanmoins, il fut achevé sans aucun désir d’évoquer la partisanerie; sans sensation privée; sans émotion aider à sauver une passion pour les grands, qui me pousse toujours pour la protection de la cause privilégiée. Normalement, je publie complètement les règlements préexistants, même quand ils sont le plus déplaisant. Plus d’une fois, j’ai souffert de mon attachement à la législation et je ne commencerai pas non plus à une journée de style. Je déclare donc que, bien que je mette un terme à cette entreprise, dès que le nouvel ensemble de questions aurait déjà dû être établi, qui aura obtenu l’assentiment de votre taille chez nos résidents, je serai le premier à adapter mes activités; donner à l’autorité suprême tous les points de retenue retenus par l’oligarchie constitutionnelle. Chaque partie de la société moderne peut-elle enregistrer un voeu aussi sincère et désintéressé que le mien? Je ne ferai pas pression sur le dialogue pour indiquer ma préférence pour les mérites généraux d’une méthode du gouvernement fédéral par rapport à une autre. Il y a d’innombrables quantités écrites dans ces domaines. Je devrais me charger personnellement d’examiner dans quelques termes, et dans la terminologie la plus simple, le scénario spécifique dans lequel les circonstances actuelles nous repèrent. Toutes les querelles conçues jusqu’à présent pour le rétablissement de la monarchie en France sont atténuées car il est dit que c’est la seule façon de garantir la stabilité de votre gouvernement fédéral ainsi que la tranquillité publique, le seul moyen de s’éloigner de la situation intérieure , le seul rapport d’union avec des adversaires extérieurs, que ce processus républicain est vainement mis à l’essai de la manière la plus réalisable; qui de toutes ces tentatives, seule l’anarchie a conduit. Une tendance prolongée et incessante a réveillé une peur perpétuelle des problèmes nouveaux et, par conséquent, un désir commun et profond de voir rétablir le vieux gouvernement héréditaire, ne modifiant que la dynastie.